Capture d’écran 2012-08-30 à 09©2vanssay Stéphanie - Merci à elle

Si l’objectivité des boules a finalement permis un classement des participants, il faut reconnaître que la multiplicité et l’originalité des scénarios pédagogiques présentés au terme  de cette épreuve sportivo-pédagogique justifiait pleinement un ex æquo des participants engagés (voir compte-rendu officiel sur le site de Ludovia).

Le principe de l’épreuve, inspirée d’un bon vieux « La tête et les jambes » invitait d’abord à la constitution aléatoire d’un binôme de participants. L’équipe gagnante à laquelle j’ai eu le plaisir de participer m’a donné l’occasion d’un bon moment de créativité numérique doublé d’une mémorable partie de pétanque aux côtés de Mathieu Salvan rencontré sur le stand du CDDP de Midi-Pyrénée (Ariège), le régional de l’étape.

Notre proposition pédagogique se voulait simple, efficace et la plus « cross médias » possible. Au final, une activité d’expression orale et française doublée d’un objectif d’Education aux Médias.

Les consignes invitent tout d’abord les apprenants à se constituer un porte-folio de clichés réalisé au moment d’une sortie scolaire, par exemple.

Première étape du parcours : classer les photos dans l’ordre chronologique, selon le souvenir des événements vécus. A cette activité simple d’identification du contenu d’un cliché s’ajoute l’interprétation de celui-ci : légendage, façon journalisme de presse écrite, en évitant la redondance mais en associant accroche originale et qualité informationnelle. Une activité qui trouve place dans un parcours en Français, langue maternelle et en Education aux Médias simultanément. A ce stade, les apprenants sont aussi invités à échanger, à argumenter, à collaborer pour construire un avis final collectif de sorte que la somme des légendes constituent le récit fidèle des événements. Mais l’image est polysémique…

Dès lors, seconde étape de l’activité : individuellement cette fois, les apprenants sont invités à construire une seconde narration en décidant d’un nouvel agencement des photos et d’une nouvelle interprétation légendée. Un assortiment élargi de photos permet la troisième étape : la proposition d’histoires parallèles venant croiser le récit initial construit dans la fidélité au réel vécu. Place à la créativité des apprenants !

Ces trois petites séquences s’appuient sur un usage du numérique simple et pluri médiatique : côté plate-forme : ordinateur, tablette, TNI… tout est possible. En effet, les choix logiciels sont ouverts. Les consignes rédigées sont disponibles dans un fichier PDF. La manipulation des photos fournies au format JPG peut se faire dans un diaporama classique, qu’il soit propriétaire ou open source.

Le scénario proposé comportait aussi une adaptation à l’hétérogénéité fréquemment rencontrée dans un groupe d’apprenants. Pour rencontrer la difficulté ressentie par chacun, des aides sont fournies : une source objective rappelant la chronologie (en l’occurrence, les photos ici présentées étant celles des deux premiers jours de Ludovia, il s’agissait donc du programme disponible sur le site officiel). Un jeu complémentaire des photos, chacune identifiée d’un QR code vocal. L’usage de cette technologie récente permet l’identification de chaque cliché, de sorte à aider à son placement chronologique. Enfin, pour aider les plus faibles, les deux concepteurs avaient réalisé une vidéo qui reprenait, sous la forme d’un diaporama automatisé, la chronologie attendue, sorte de corrigé type.

Cette activité ludique entre participants était bien dans le thème retenu du « Plaisir d’enseigner et plaisir d’apprendre ». La préparation de la séquence aura demandé une bonne heure et demi de cogitation et de manipulation laissant ensuite la place à une partie de boules des plus plaisantes. Comme on dit chez nous : « On a eu bon » !

Téléchargez les documents produits par l'équipe pendant 30 j. Ou prenez contact avec l'auteur